Plume 8


 

Nom du chat : Plume
Sexe du chat : Feminin
Date de naissance : 21 août 2015
Date du décès : 18 avril 2016
Ville de résidence : Le Coudray
Code Postal : 28630
Département : Eure et loir
Pays : France
Race : Chat de gouttière

 

 

Le vibrant et émouvant hommage de Michèle à Plume

 Plume-33

 

Ma petite Plumette chérie.
Depuis longtemps déjà je n’avais plus de chat. Ma vie a été compliquée ces dernières années et ce n’était jamais trop le moment. Enfin ce moment est venu et j’ai réservé le premier chaton nouveau né que j’ai trouvé sur une petite annonce du Bon Coin.
Tu venais de naître et tu avais 7 petits frères et sœurs dans une famille modeste mais aimante du fond de la Beauce.
Je suis venue vous voir pour choisir mon chaton. J’ai honte d’avouer que j’ai été presque un peu déçue. Vous étiez tous fort ordinaires. Des roux et des gris tigrés comme toi. Je t’ai choisie par ce que tu avais une petite tache rousse sur la tête. Le seul chaton un peu particulier ! Et puis je suis rentrée chez moi et j’ai commencé à t’attendre. Il fallait compter un mois et demi. Ça a été long. Pour m’aider à patienter j’ai préparé ta venue. Je t’ai acheté un panier, des jouets roses etc. La propriétaire de ta maman devait m’appeler quand vous seriez sevrés. Mais c’est moi qui ai appelé. Tu avais à peine plus d’un mois mais elle m’a dit que je pouvais venir te chercher car avec huit petits ta pauvre maman n’avait plus de lait et vous mangiez déjà. Je suis venue le jour même. Je me suis perdue dans la campagnes mais j’ai fini par arriver. Et la on t’a mise dans mes mains. Tu étais très mignonne mais avec ta petite tache jaune mais quand même très ordinaire et toute minuscule.
Je t’ai ramenée à la maison et t’ai mise avec moi dans mon lit ce premier soir. Tu avais la diarrhée ce qui n’a pas fait plaisir à ma couette blanche. C’est étonnant mais ça ne m’a même pas contrariée. Le lendemain je me suis occupée de toi. Vétérinaire, vermifuge, croquettes adaptées. Tout a été très vite très bien. Mais tu cherchais toujours à téter n’importe quoi. Ça me faisait mal au cœur de te voir chercher. Alors j’ai acheté du lait avec un petit biberon. Tu as beaucoup aimé mais tu as croqué la tétine du premier coup. C’était pas l’idéal mais je pense que le lait te faisait du bien. Et puis tu as fini par choisir ta propre tétine. C’était un coin bien précis d’un petit plaid de laine blanc. Il était sur mon lit et c’était le rituel chaque soir et chaque fois que je te caressais de téter en ronronnant. Que c’était bon.
Tu n’étais pas très câline. Très indépendante mais toujours derrière moi. Quand je descendais ou montais l’escalier tu t’accrochais en sautant à mes jambes mais sans jamais sortir tes griffes. Tu avais élu domicile en dessous de ma table de toilette qui est transparente. Tu m’observais pendant que je faisais ma toilette ou me maquillais. Quand j’étais sur le canapé tu te positionnais sur l’étagère dans ton panier juste au dessus de moi. Et puis quand tu as grandi tu t’installais dans ton fauteuil vert. Tu te vautrais ou tu m’observais. Quoi que je fasse je surprenais très souvent ton regard attentif sur moi. Et je me disais que si tu te réincarnais un jour en humaine tu saurais tout faire tellement je sentais que tu comprenais tout.
Tous nos petits rituels étaient de purs moments de bonheur. Quand tu t’installais en ronronnant sur le petit mur pour manger tes croquettes. Mon premier geste le matin de te trouver encore endormie sous ma main et de te réveiller en te caressant. Et puis quand je te prenais dans mes bras comme un bébé et que je caressais doucement ta petite tête en t’appelant ma petit fille, mon bébé. Tu fermais les yeux de plaisir C’était juste du pur bonheur et on ne s’en rendait pas compte.
Et puis tu adorais aller dehors. Tu me passais entre les jambes dés que j’ouvrais la porte. Tu filais chez le voisin sous la clôture ou tu te roulais sur la terrasse par temps sec. Et quand je t’appelais tu revenais et hop tu repartais avant que je puisse t’attraper ou fermer la porte. Et le petit mulot que tu m’avais ramené le matin une nuit ou je n’avais pas réussi à te faire rentrer. Tu étais une vraie coquine. Joueuse et indépendante. Aimante et réservée. Une vraie personnalité. Je t’ai adorée ma Plume. Tu es venue remplir ma maison de ta joyeuse petite vie, tu lui as apporté juste ce qui lui manquait.
Je t’avais fait une promesse en te regardant dans les yeux : que je vivrai encore 15 ans pour partir en même temps que toi. Que nous nous accompagnerions pour toute ta vie et le reste de la mienne. Ta disparition violente sonne pour moi comme un mauvais présage.
Ce qui s’est passé lundi je n’arrive pas encore à en parler. Comment la personne qui t’a écrasée peut vivre tranquillement maintenant je ne peux pas le comprendre.
J’avais bien sur dû te faire stériliser . Ça m’avait déjà fendu le cœur de te remettre entre les mains du vétérinaire et je t’avais promis que plus jamais je ne te ramènerai là même pas pour une piqûre . Tant pis pour les rappels des vaccins ! Je ne voulais plus qu’on te fasse le moindre mal à toi si délicate et confiante. Et je n’ai pas été capable de te protéger de toi. Je me le reproche tant. J’aurai du t’enfermer plus sévèrement et tu serais encore près de moi ce soir plutôt que sous la terre.

Aujourd’hui cela a fait 3 jours que j’ai ramassé ton petit corps torturé encore chaud. Que je t’ai enroulée dans le plaid que tu aimais téter et que je t’ai enfermé dans une boîte.

Tu étais mon troisième enfant et je t’ai perdu avec grande violence et dans la fleur de l’âge. Tu n’as pas eu le temps du bonheur et c’est ce regret qui me dévore le plus.
Tu n’étais qu’un des plus basiques chats de gouttière que l’on puisse imaginer mais tu étais mon soleil et mon bonheur. Je ne t’oublierai pas ma Plumette et si tu me vois de ton paradis de chats ne m’abandonne pas. Je t’aime ma Plume

Michele Masurel

 

Si vous aussi souhaitez « immortaliser » votre chat chéri dans le Paradis des Chats cliquez ici.

Si vous aimez cette page et souhaitez recevoir nos meilleures actualités directement dans votre boite mail, ne manquez pas de vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici. 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires sur “Plume

  • Isabelle

    Quelle belle histoire et si triste à la fin. Je comprends aisément votre peine Madame, les chats les plus ordinaires ne demandent juste que de l’attention et de l’amour, ils ne vont pas de chichis et vous rendent au centuple le bien que vous leur faite.
    Ne culpabilisez pas de son accident, vous n’y êtes pour rien.
    Ce serait bien que vous en repreniez un autre dans quelques temps, un petit abandonné dans un refuge qui ne demande que votre amour, suis certaine que Plumette est d’accord là où elle est est, elle sait la belle vie que vous lui avez donné, une chance pour un autre.
    Je souhaite que votre peine s’apaise et pense à vous et Plumette avec émotion.
    Isabelle

  • Utas

    Votre mot m’a profondément touché, mais je n’ai pas compris et je ne comprendrai jamais votre façon d’aimer votre chat. En générale quand on aime nos animaux on les stérilise et les vaccine pour ne pas avoir des regrets, comme votre cas apparemment. Désolée mais ça me révolte.

  • Raymond

    Repose en paix petite plume !

    Je compatie à votre chagrin ,nous avons nous même perdu Kyrha, notre bébé chat de la même manière .
    Mais je suis persuadé que nous nous retrouverons un jour, elle sera là pour nous accueillir le moment voulu .
    Pour le moment son souvenir restera gravé dans nos coeurs et dans nos mémoires .
    Amicalement Michelle

  • Christophe Florence

    bonjour Michèle,
    votre récit est merveilleux , Plume a eu énormément de chance de vivre à vos cotés n’hésitez pas à reprendre un compagnon.
    Je suis la maîtresse de Chanell partie l’année dernière, j’ai 61 ans et j’ai repris un gros chat noir mon Gucci adopté sur internet.
    Rien à voir avec la douceur de ma Ninette d’Amour mais il est fidèle, affectueux à sa manière, c’est un bon chat. J’aurai du mal à vivre
    sans animaux, ils nous apportent énormément et puis il y a tellement de malheureux, tous les jours je nourris les chats de la rue. En ce
    moment, il y a une maman et ses 2 chatons ils comptent sur moi tous les jours, cela devrait être un devoir pour tout le monde de ne pas oublier les animaux sans maître. Merci de votre commentaire sur l’hommage a ma Chanellou. Courage nous sommes des gens bons et donc les MEILLEURS. Amicalement.